N°54
18 juin 2020
 
Retrouvez votre Flash Info les lundi et jeudi !
 
 
Et abonnez-vous à « L’Uniopss en actions » (newsletter qui parait un mardi sur deux) pour être informés régulièrement des contributions, prises de positions et initiatives de l’Uniopss : ici
 
ACTUS DU JOUR
 
COVID-19 : PUBLICATION DES RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE SURCOÛTS DU RÉSEAU UNIOPSS-URIOPSS
 
Alerté par de nombreux adhérents sur les surcoûts et les pertes de recettes liés à la gestion de l’épidémie de COVID-19, le réseau Uniopss-Uriopss a souhaité disposer d’une vision macro-économique, transversale et chiffrée de la situation. En avril, une enquête a donc été diffusée à laquelle près de 2 000 structures de solidarité, œuvrant auprès des personnes précaires, des personnes âgées, des personnes en situation de handicap, de la petite enfance, de la protection de l’enfance, et de la santé ont répondu.
 
Premier enseignement de cette enquête : plus de la moitié des structures, tous secteurs confondus, ont dû faire face à des surcoûts. S’agissant de la nature de ces derniers, 96 % des structures (soit 1 883) indiquent des surcoûts liés à l’achat d’EPI (masques et gel hydroalcoolique principalement). En deuxième position, avec 69 % des structures concernées, viennent les surcoûts liés à la gestion des ressources humaines.
 
Au total, le montant des surcoûts déclarés par 1 736 structures approche les 20 millions d’euros. En volume financier, 63 % du montant total des surcoûts concerne la gestion du personnel et ils sont deux fois supérieurs aux surcoûts en EPI.
 
Autre élément préoccupant : 66 % des structures ont déclaré une baisse de leurs recettes, dont 74 % en raison d'une fermeture partielle de leur activité, et 41 % du fait d’une baisse de la participation financière des usagers (les causes pouvant se cumuler).
 
Retrouvez :
 
 
RÉUNION PERSONNES ÂGÉES – ÉTABLISSEMENTS ET DOMICILE
 
Hier, s’est tenue une réunion entre la DGCS et les fédérations du secteur des personnes âgées sur le sujet des établissements et du domicile.
 
Les échanges ont porté sur les sujets suivants :
  • Préparation de la canicule
  • Mise en œuvre du déconfinement dans les EHPAD
  • Masques
  • Prime
  • Evaluations internes et évaluations externes
  • Autres délais relatifs à certaines procédures dont les procédures comptables, budgétaires
 
Vous trouverez l’intégralité du compte-rendu ICI.
 
 
CONSIGNES RELATIVES AU « RETOUR À LA NORMALE » DANS LES ÉTABLISSEMENTS D’HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES (EHPAD, USLD ET RÉSIDENCES AUTONOMIE)
 
Point de vigilance préalable :
  • Ne sont concernés que les établissements ne déclarant plus de cas possibles ou confirmés de COVID-19 et au sein desquels aucun résident ne présente de risque de contagion ou de transmission virale. Les autres établissements engageront leur retour à la normale dès que cette condition sera remplie.
  • Il ne s’agit pas de consignes d’application immédiate : les directions des établissements concernés par cette étape supplémentaire de déconfinement devront établir d’ici le 22 juin 2020 des plans de retour rapide à la « normale ».
 
Ces évolutions devront s’accompagner d’une vigilance continue, à travers l’application systématique des gestes barrières et la mise en place de réponses immédiates en cas de suspicion de nouveau cas de COVID-19 au sein de l’établissement (dépistages élargis et systématisés selon la doctrine en vigueur depuis le 7 avril 2020).
 
Ce document précise :
 
  • Les mesures générales de protection qui continuent de s’appliquer dans la phase suivante de déconfinement.
 
  • Les directeurs devront préciser dans leur plans les conditions de retour à la normale au sein de leurs établissements sur les sujets suivants :
  1. Prioritairement et le plus vite possible, la reprise des visites des proches sans rendez-vous ;
  2. La reprise des admissions et la fin des confinements préventifs en chambre ;
  3. La reprise des sorties individuelles et collectives et de la vie sociale au sein de l’établissement ;
  4. La reprise de l’ensemble des interventions des libéraux et professions paramédicales ainsi que des bénévoles ;
  5. La réouverture des accueils de jour, plateformes de répit et des PASA.
 
  • Les enjeux spécifiques liés à un nouvel épisode épidémique local ou national et aux élections municipales du 28 juin.
 
Sont également concernés par ces consignes : les unités de soins de longue durée (USLD), résidences autonomie, et résidences-services lorsqu’elles ont mis en place des mesures de confinement.
 
Vous pouvez retrouver l’intégralité de ces consignes ici.
 
 
INSTRUCTION INTERMINISTÉRIELLE RELATIVE À LA GESTION DES ÉPISODES DE CANICULE DURANT LA PROCHAINE SAISON ESTIVALE DANS UN CONTEXTE DE PANDÉMIE DE COVID-19
 
Selon Météo France, la prochaine saison estivale pourrait présenter des conditions plus chaudes que la normale, propices à la survenue de « vagues de chaleur ».
 
Le territoire métropolitain pourrait se retrouver soumis simultanément à une circulation active du virus SARS-CoV-2 et à des vagues de chaleur durant la prochaine période estivale. Dans ce contexte, il est nécessaire de rappeler la gravité sanitaire en termes de morbi-mortalité des épisodes de canicule, qui ne doivent pas être minorés en raison de la situation épidémique actuelle : en période d’épidémie de COVID-19, les recommandations de prévention vis-à-vis de la chaleur continuent à s’appliquer.
 
Les mesures de gestion indiquées sont complémentaires des règles d’hygiène et de prévention de la transmission du COVID-19, notamment la distanciation physique, l’hygiène des mains, le port d’un masque grand public.
 
Par ailleurs, certaines des dispositions mises en œuvre dans le cadre de la gestion du COVID-19 peuvent venir en appui en période de vagues de chaleur : aides aux personnes vulnérables, renforcement des secteurs de l’offre de soins, etc.
 
Vous retrouverez l’intégralité de l’instruction ici
 
 
UN NUMÉRO D’APPUI DANS LE CADRE DE LA CRISE POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES ET LES PROCHES AIDANTS : LE 0 800 360 360
 
Le 0 800 360 360 est un numéro vert qui permet aux personnes handicapées et à leurs aidants d’entrer directement en relation avec les communautés « 360 COVID » qui se coordonnent pour apporter des solutions adaptées.
 
Le gouvernement annonce dans un communiqué que ce numéro d’appel sera pérennisé après la crise sanitaire du COVID-19 pour devenir le point d’entrée unique des personnes en situation de handicap et de leurs proches aidants, sans solution ou ayant besoin d’être accompagnés.
 
Retrouvez l’intégralité du communiqué et du dossier de presse ici
 
Pour rappel, l’Uniopss et le CNCPH, dont l’Uniopss assure la vice-présidence, ont publié des recommandations sur les communautés 360 COVID à retrouver ici et ici
 
 
RAPPEL : LA PLATEFORME « JEVEUXAIDER.GOUV.FR » POUR LES BESOINS DE RENFORTS BÉNÉVOLES DES STRUCTURES
 
Afin de permettre à tous ceux qui le peuvent et qui le souhaitent de s’engager et de donner de leur temps, le gouvernement a lancé, au début de la crise, la Réserve civique – COVID-19 sur jeveuxaider.gouv.fr.
 
Cette plateforme permet aux structures (associations, CCAS, MDPH, collectivités, opérateurs publics, etc.) de faire état de leurs besoins de renforts autour de missions prioritaires, avec notamment : le lien avec les personnes fragiles isolées, la solidarité de proximité, le soutien à la mobilisation sanitaire ou encore le soutien à la reprise des missions de service public.
 
Si vous êtes une structure publique ou une association, n’hésitez pas à vous rendre sur la plateforme pour y proposer une ou des missions. Des citoyens bénévoles pourront s’y connecter afin de prendre connaissance de vos besoins et venir vous prêter main forte, dans le respect des règles de sécurité.
 
Une communication spéciale valorisant les missions dans les ESMS est à venir.
 
Pour déposer vos missions, connectez-vous ICI (privilégier Firefox)
 
 
L’UNIOPSS SIGNE UN APPEL POUR UN NOUVEAU CONTRAT SOCIAL ET SOLIDAIRE INTITULÉ « PLAN DE RELANCE : IGNORER OU RÉINVENTER L’ASSOCIATION ? »
 
Plusieurs personnalités du monde associatif et de l’ESS ont signé une tribune publiée dans l’Humanité vendredi dernier. Patrick Doutreligne, président de l’Uniopss, en est l’un des premiers signataires.
Cette tribune rappelle que les associations ont trop souvent été « réduites à des prestataires au rabais, encouragées à se moderniser en se convertissant au management moderne ou encore invitées à se rapprocher des grands groupes et à opter pour le mécénat ». Par ailleurs, alors que de nombreuses entreprises vont être massivement aidées par l’État, les signataires de la tribune appellent à la mise en œuvre d’un plan de grande ampleur pour le secteur associatif. Ce soutien aux associations doit se faire par « des politiques ascendantes qui supposent autant une volonté générale qu’une concertation respectueuse de la diversité des activités et des territoires » et « émanant de la co-construction entre réseaux associatifs et pouvoirs publics ».
 
Lire la tribune dans son intégralité : ICI.
 
 
LES RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE « #COVID-19 : OÙ EN SONT LES ASSOCIATIONS APRÈS LE CONFINEMENT ? » SONT PUBLIÉS
 
Le Mouvement associatif et le RNMA, en lien avec Recherches et Solidarités et la DJEPVA et en partenariat avec le CNEA et France Générosités, ont mené, durant un mois, une enquête auprès des responsables associatifs pour connaitre la situation des associations depuis le déconfinement. L’Uniopss avait activement participé à l’élaboration de cette enquête et l’avait relayée, entre autres, par cette newsletter. Aujourd’hui, 13 500 associations y ont répondu.
 
Les résultats de l’enquête permettent de prendre la mesure de l’impact économique de la crise sanitaire et des besoins à venir des associations, en mettant en lumière notamment ces 5 points :
  • L’activité du secteur associatif français dans son ensemble a été largement stoppée.
  • L’impact économique a de lourdes conséquences sur l’avenir des associations.
  • L’emploi associatif est menacé.
  • La reprise d’activités pose question.
  • Il y a une forte attente du côté des collectivités territoriales.
 
Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site du Mouvement associatif ici. Pour voir la présentation des résultats de l’enquête, cliquez ici. Et l’infographie présentant les 10 chiffres-clés à retenir, ici.
 
DOCUMENTS UTILES
 
Fiche réalisée par Associations Mode d’emploi « Coronavirus : comment obtenir le versement de votre subvention ? »
 
La circulaire n°6166/SG du 6 mai 2020 du Premier ministre précise les modalités de versement des subventions publiques aux associations pendant la crise sanitaire. Les régions, départements, EPCI ou communes ne sont pas contraints par cette circulaire, mais le gouvernement les incite à en reprendre les principes. Les mesures prévues par la circulaire concernent uniquement les subventions de l’État.
 
 
Cliquez ici
 
 
Publication du Guide pratique de StopCovid en facile à lire et à comprendre (FALC)
 
 
Cliquez ici
 
 
Loi n°2020-734 du 17 juin 2020 relative à diverses dispositions liées à la crise sanitaire, à d'autres mesures urgentes ainsi qu'au retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne
 
 
Cliquez ici
 
 
Ordonnance n°2020-737 du 17 juin 2020 modifiant les délais applicables à diverses procédures en matière sociale et sanitaire afin de faire face aux conséquences de la propagation de l'épidémie de COVID-19
 
 
Cliquez ici
 
 
Rapport au président de la République relatif à l'ordonnance n°2020-737 du 17 juin 2020
 
 
Cliquez ici
 
 
Vous pouvez retrouver l’ensemble des documents mentionnés ci-dessus sur la page dédiée de notre site internet.
 
INITIATIVES
 
Le Collectif InterAssociatif des Aidants familiaux (CIAAF) demande aux pouvoirs publics la mise en place immédiate d’un chèque répit pour les aidants
 
L’enquête du CIAAF, réalisée entre le 24 avril et le 25 mai et relayée par l’Uniopss, avait pour objectif de mesurer l’impact du confinement sur les aidant.e.s (modification du lieu de vie de la personne aidée, alourdissement de l’aide apportée…), ainsi que d’identifier leurs besoins suite à la période de confinement.
 
Les résultats de l’enquête montrent que les aidant.e.s souhaitent, dans ce cadre, 4 mesures prioritaires :
  1. Versement d’une aide financière (45,8 %) pour les aidant.e.s
  2. Mise en place de solutions de séjours de répit sans reste à charge (41,8 %)
  3. Indemnisation à hauteur du salaire ou du revenu moyen pour les travailleur.se.s non salarié.e.s d’une semaine de congé de proche aidant (29,4 %)
  4. Capitalisation des heures d’aide humaine non utilisées (28,4 %)
 
Le communiqué de presse et les résultats de l’enquête menée par le CIAAF sont à lire ici.
 
L’Uniopss avait déjà, par ailleurs, alerté sur l’état d’épuisement des aidant.e.s. dans un communiqué de presse publié le 5 juin dernier.
 
 
Handéo crée une certification pour les établissements et services qui accompagnent et accueillent des personnes handicapées
 
Les personnes en situation de polyhandicap sont extrêmement vulnérables, particulièrement pendant les périodes d’épidémie comme celle que nous traversons avec le COVID-19. Une des plus grandes comorbidités des personnes polyhandicapées est l’infection pulmonaire.
 
Un collectif d’acteurs composé de parents, d’associations de familles, de structures sociales et médico-sociales, de médecins, de représentants des pouvoirs publics s’est réuni. Ensemble, ils ont mis en exergue les points vitaux de l’accompagnement d’une personne polyhandicapée, quel que soit son âge, pour créer une démarche qualité tenant compte des spécificités propres au polyhandicap.
 
Qui peut candidater à cette certification ? La certification est délivrée pour 3 ans. Elle s'adresse à toute structure, établissement ou service social ou médico-social, accompagnant des personnes polyhandicapées et ayant une existence d’au moins deux ans (SESSAD, IME/IEM/EEAP, SAVS, SAMSAH, MAS, FAM, SAAD, accueil de jour, etc.).
 
Plus d’informations au lien suivant
 
 
N’hésitez pas à nous communiquer toute initiative associative nationale ou régionale face à cette crise sanitaire, que nous pourrons relayer dans cette newsletter, à cette adresse : Initiatives-asso-covid19@uniopss.asso.fr
 
TÉMOIGNAGES
 
Témoignage de Florent Joly, éducateur spécialisé au sein de la MECS de l’Enclos Saint-François à Montpellier
 
« Une nouvelle impulsion pour préparer leur avenir… »
 
« S’il a été un peu déstabilisant et angoissant au début, le confinement a eu plusieurs effets positifs. En effet, les jeunes sont passés très vite de journées très remplies par de nombreuses activités à des périodes durant lesquelles ils avaient beaucoup plus de temps. De la même manière, nous étions en permanence avec eux durant la période. Cette vie collective nous a permis de créer de nouveaux liens avec les jeunes et a généré beaucoup de solidarité entre eux. L’espace de quelques mois, nous avons vécu un peu comme une famille. L’arrêt des activités a donné également aux jeunes la possibilité de se poser pour faire le point sur leur projet. Elle leur permettra sans doute de trouver une nouvelle impulsion pour préparer leur avenir… »
 
 
Témoignage de Jean-Marie Delfieux, directeur de l’Ehpad La Sarrazinière à Saint-Etienne
 
« Nous devons maintenir la vigilance car le virus circule toujours… »
 
« Quand le chef de l’État annonce que les visites sont désormais possibles au sein des Ehpad, cela créé de la confusion chez certaines familles qui pensent que les portes sont désormais totalement ouvertes. Dans la réalité, ces visites étaient déjà possibles mais à certaines conditions en raison de la nécessité de protéger les résidents et nous devons maintenir cette vigilance car le virus circule toujours.
Ce n’est pas parce que chacun de nous a envie de croire que le virus est derrière nous que nous pouvons être moins vigilants au sein des établissements. Rappelons que nous avons eu plusieurs décès liés au COVID-19 dans notre établissement. De notre côté et depuis le début du confinement, nous avons tenu à maintenir le lien avec les familles et le conseil de vie sociale pour les informer de ce qui se passait dans nos murs. Ces échanges réguliers nous sont aujourd’hui très utiles pour expliquer la nécessité de prudence aux familles. »
 
 
Merci encore pour tous vos témoignages si riches et utiles ! N’hésitez pas à faire remonter vos contributions à Antoine Janbon, rédacteur en chef de la revue Union Sociale et chargé de collecter et de formaliser vos observations et réflexions : ajanbon@uniopss.asso.fr
 
 
Uniopss
15 rue Albert
CS 21306 -
75214 Paris cedex 13
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
 
 
© 2020 Uniopss